Comité de rédaction

Directeur de la publication et de la rédaction :

auton346-fba66

Nicolas TENZER, né en 1961, École normale supérieure (Ulm), ENA, maîtrise d’histoire, diplômé de l’IEP de Paris, président fondateur du Centre d’étude et de réflexion pour l’action politique (CERAP), maître de conférences à l’IEP de Paris de 1986 à 2004 et depuis 2014 (Paris School of International Affairs), professeur à l’ENA et dans diverses écoles et universités françaises et étrangères, administrateur civil hors classe, ancien chef de service au Commissariat général du Plan, ancien membre du cabinet du ministre de l’Économie et des Finances et ancien responsable d’une mission interministérielle sur l’expertise internationale (2007-2008). Il est l’auteur de trois rapports officiels au gouvernement, l’un sur la fonction publique, les deux autres sur les questions internationales et stratégiques.

Il a fondé et présidé Initiative pour le développement de l’expertise française à l’international et en Europe (IDEFIE) de 2009 à janvier 2015 et il en est désormais le président d’honneur. Il a été également de décembre 2010 à octobre 2015 membre du directoire, trésorier, puis président du directoire de l’Institut Aspen France.

Il est l’auteur de La région en quête d’avenir (La Documentation française, 1986), La société dépolitisée (PUF, 1990), La politique (PUF, Que sais-je ?, 1991), La République (PUF, Que sais-je ?, 1993), Philosophie politique (PUF, 1994, 2e éd., 1998), Histoire des doctrines politiques en France (PUF, Que sais-je ?, 1996), Le tombeau de Machiavel. De la corruption intellectuelle de la politique (Flammarion, 1997), La face cachée du gaullisme. De Gaulle ou l’introuvable tradition politique (Hachette littératures, 1998), Les valeurs des Modernes. Réflexions sur l’écroulement politique du nouveau siècle (Flammarion, 2003), de France : la réforme impossible ? (Flammarion, 2004), de Pour une nouvelle philosophie politique (PUF, 2007) et de Quand la France disparaît du monde (Grasset, 2008), Le monde à l’horizon 2030. La règle et le désordre (Perrin, 2011), La fin du malheur français ? (Stock, 2011) et La France a besoin des autres (Plon, 2012) ainsi que, en collaboration avec F. Magnard, de La crise africaine : quelle politique de coopération pour la France ? (PUF, 1988), du Spermatozoïde hors la loi. De la bioéthique à la biopolitique (Calmann-Lévy, 1991), en collaboration avec R. Delacroix, de Les élites et la fin de la démocratie française (PUF, 1992), en collaboration avec Monique Canto-Sperber de Faut-il sauver le libéralisme ? (Grasset, 2006) et avec Michel de Fabiani de De l’esprit de décision… pour sortir de l’approximation politique (Gualino, 2006) et, sous sa direction, de l’ouvrage du CERAP Un projet éducatif pour la France (PUF, 1989).


Rédacteur en chef :

Paul CHARON, né en 1975, docteur d’études politiques, sinologue et spécialiste de sociologie politique, il a enseigné dans de nombreuses écoles et universités et notamment à Sciences Po Paris. Rédacteur en chef de la revue SinoPolis, il a aussi été analyste de la Chine au ministère de la Défense de 2004 à 2010. Il est l’auteur de nombreux articles sur la Chine dans des publications académiques et grand public et est traducteur du chinois vers le français.


Conseillers de la rédaction :

Jean-Kely PAULHAN, né en 1951. Diplômé de Paris IV et de l’IEP de Paris. Agrégé des lettres, docteur ès lettres, ancien professeur à l’École navale, ancien coordonnateur de l’offre de formation à l’agence CampusFrance, ancien attaché de coopération universitaire et directeur de l’antenne CampusFrance à l’ambassade de France à Washington. Il est le président de l’Organisation internationale des centres nutritionnels (OICN) et de la Société des lecteurs de Jean Guéhenno, maître de conférences à Sciences Po Paris et ancien rédacteur en chef de la revue Le Banquet (2005-2013)

Perrine SIMON-NAHUM, née en 1960, chargée de recherches au CNRS (Centre de recherches historiques de l’EHESS – Centre d’Approches Historiques du Monde contemporain), membre associée au CRIA-EHESS, a publié La Cité investie, la science du judaïsme français et la République (Cerf, 1991) et édité chez Flammarion Quel avenir pour la recherche ? (2003). A dirigé en collaboration avec V. Duclert et C. Prochasson Il s’est passé quelque chose…le 21 avril 2002 (Denoël, 2003). Elle a dirigé récemment deux numéros d’Archives Juives consacré aux intellectuels juifs XIXe-XXe siècles et a coordonné le numéro du Magazine Littéraire consacré à Hannah Arendt, septembre 2005. Elle est éditrice chez Odile Jacob.


Membres du comité de rédaction :

Marc Olivier BARUCH, né en 1957, École polytechnique, ENA, ancien sous-directeur au ministère de la Culture, docteur en histoire, directeur d’études (histoire politique de l’administration) à l’École des hautes études en sciences sociales, auteur notamment de Le régime de Vichy (La Découverte, 1996),Servir l’État français. L’administration en France de 1940 à 1944 (Fayard, 1997), sous sa direction et celle de V. Duclert, Serviteurs de l’État. Une histoire politique de l’administration française 1875-1945 (La Découverte, 2000), sous sa direction et celle de Vincent Guigueno, Le choix des X. L’École polytechnique et les polytechniciens, 1939-1945 (Fayard, 2000) et, sous sa direction, de Une poignée de misérables. L’épuration de la société française après la Seconde Guerre mondiale (Fayard, 2003).

Philippe BOULANGER, né en 1974, est diplômé d’un master 2 en études européennes de l’Université La Sorbonne Nouvelle – Paris III et docteur en science politique. Il est l’auteur de plusieurs essais sur le Proche-Orient (Le Destin des Kurdes, L’Harmattan, 1998 ; Géopolitique des Kurdes, Ellipses, 2006), l’Europe (Les Démons de l’Europe, Sang de la terre, 1999 ; La Bosnie-Herzégovine. Une géopolitique de la déchirure, 2002), l’histoire des idées (Le souverainisme, une idée certaine de la France, Editions du Cygne, 2008) et d’un pamphlet (Sociologie du blaireau, Bourin Editeur, 2008). Il a été en poste en Bosnie-Herzégovine et en République tchèque et est désormais directeur d’une Alliance française en Bolivie.

Laurent BOUVET, né en 1968, diplômé de l’IEP de Paris et docteur en études politiques de l’École des Hautes études en sciences sociales (Paris), professeur des universités, agrégé de science politique, enseigne à l’université de Nice et à l’IEP de Paris, ancien rédacteur en chef de La Revue socialiste(1998-2001), auteur (avec T. Chopin) de Le Fédéraliste. La démocratie apprivoisée (Michalon, 1997), (avec J. Delors et K. Lamers) France-Allemagne : le bond en avant (Odile Jacob, 1998), (avec L. Baumel) de L’année zéro de la gauche (Michalon, 2003), Le Communautarisme. Mythes et réalités (Lignes de Repères, 2007) et Le sens du peuple : La gauche, la démocratie, le populisme (Gallimard, 2012). A co-dirigé le Dictionnaire de sciences politiques et sociales (Sirey 2004).

Laurent CAILLOT, né en 1972. Diplômé de HEC et de l’IEP de Paris, ENA, administrateur civil, ancien conseiller technique au cabinet de Xavier Bertrand, ministre du Travail, des relations sociales, de la solidarité et de la famille, après avoir occupé diverses responsabilités (chargé de mission en service statistique, adjoint de sous-direction, chef de projet VAE) dans les ministères sanitaires et sociaux et en tant que directeur du cabinet d’un préfet. Il est actuellement inspecteur des affaires sociales. A publié plusieurs études et articles dans les domaines de la protection sociale. Ancien chargé de cours sur les politiques sociales à l’université Paris XIII (2002-2003), ancien intervenant à l’Institut de gestion publique et de développement économique (2001-2005).

Aurélien COLSON, né en 1974, diplômé de Sciences Po Paris, de l’ESSEC MBA, Master of International Conflict Analysis (University of Canterbury), docteur en science politique (Université Paris V) et titulaire d’un PhD in International Relations (University of Kent), Prix 2008 de l’Académie des sciences morales et politiques. Ancien conseiller technique au cabinet du Premier ministre, ancien chargé de mission au Commissariat général du Plan. Maître de conférences à l’ENA, chercheur à l’ESSEC et directeur d’ESSEC-IRENE (Institut de recherche et d’enseignement sur la négociation en Europe). Co-auteur, avec Alain Pekar Lempereur, de Méthode de négociation (Dunod, 2004) et de Méthode de médiation (Dunod, 2008, avec Jacques Salzer). Auteur de nombres articles (Journal of International Negotiations, Revue française de gestion, Négociations, International Relations, Futuribles).

Julien DAMON, né en 1971. École supérieure de commerce de Paris, docteur en sociologie. Auteur notamment de Des hommes en trop (Éd. de l’Aube, 1995) et de La question SDF, PUF, 2002. Ancien directeur du département des études de la Caisse nationale des allocations familiales, ancien chef de département au Centre d’Analyse stratégique et ancien rapporteur général du Grenelle de l’insertion. Professeur associé à Sciences Po Paris.

Bruno HÉRAULT, né en 1962, DEA de sociologie, ancien responsable de la prospective au Commissariat général du Plan, ancien Rapporteur général du Centre d’analyse stratégique, actuellement sous-directeur de la prospective et de l’évaluation au ministère de l’Agriculture et de la Pêche. Chargé d’enseignement dans diverses universités et grandes écoles. Co-auteur de La santé publique : un enjeu de politique municipale (Éditions de la MSH d’Aquitaine, 2001) ; Transports urbains : quelles politiques pour demain ? (La Documentation française, 2003) et La participation des citoyens et l’action publique (La Documentation française, 2008).

Xavier QUÉRAT-HÉMENT, né en 1964, diplômé de l’IEP de Paris et de l’École nationale supérieure des Postes et Télécommunications, est directeur de la qualité du groupe La Poste. Il est président de la SICAV Ethiciel (SICAV éthique et développement durable) et administrateur de Atout Pierre, SCPI. Il est membre du conseil d’orientation du SISQUAL, salon des professionnels de la Qualité. Il anime un groupe de réflexion mensuel (Solon) sur les grands sujets d’actualité, les questions de régulation et d’évolution des entreprises publiques. Il a été conseiller technique au cabinet du secrétaire d’État à la Réforme de l’État et au cabinet de la ministre déléguée à l’Industrie.